Ingénieur cybersécurité Ingénieur cybersécurité
Métiers

Security service delivery manager

Vous avez un talent inné pour convaincre ? Vous jonglez aisément entre le discours commercial et l’analyse technique ? Vous avez donc le profil multi-cartes qui convient parfaitement aux fonctions de Security service delivery manager. Toute entreprise qui propose des services de cybersécurité doit s’assurer que les solutions proposées sont opérationnelles et à même de satisfaire les besoins de leurs clients. En apportant de nouveaux clients et en assurant un suivi qualité des services de sécurité, le Security service delivery manager contribue à rendre son entreprise toujours plus légitime sur les sujets de cyberdéfense . Et il participe aussi, en un sens, au renforcement des différentes solutions existant sur le marché contre les véritables challengers : les hackers. Voici les principales ficelles et défis de ce métier qui incorpore de plus en plus la dimension cyber.

Fiche métier mise à jour le
Niveau d’études : Bac +5
Bac conseillé : Sciences économiques et sociales ou Scientifique
Employabilité : Très bonne
Salaire débutant : 3.750 €
Salaire confirmé : 7.500 €
Mobilité : Bonne
Code ROME : M1802, Expertise et support en systèmes d’information
Code FAP : M2Z, Informatique et télécommunications

Métier

Le Security service delivery manager est en charge de piloter les services de sécurité dont il a la responsabilité, pouvant être mis à disposition de différents métiers et départements au sein de la structure dans laquelle il opère. Il est aussi conduit à intervenir auprès de clients avec lesquels il a contractualisé ces services, en proposant différents niveaux de performance. Il est le professionnel de référence qui garantit la qualité des services de sécurité proposés, quelle que soit la nature de l’interlocuteur.

Missions

Sur l’ensemble des services dont il assure la supervision, le Security service delivery manager est tenu de mettre en place des indicateurs de suivi : ce sont eux qui permettront de déterminer si la qualité attendue est bien au rendez-vous – un point d’autant plus important lorsque le service a été contractualisé auprès d’un client en externe.

Parmi les tâches principales de ce gestionnaire de catalogue de services, on retient notamment :

– gérer la prestation de services auprès de clients SOC, en suivant une méthodologie de gestion cohérente :

– rédiger des rapports de prestation de services à destination des clients ou de la direction de l’entreprise prestataire, dans le but d’assurer un réel engagement de service ;

– assurer une analyse stratégique des concurrents et des autres solutions présents sur le marché ;

– impulser les processus d’amélioration nécessaires sur les services de sécurité proposés ;

– assurer la cohérence globale des services de sécurité ;

– proposer une structuration pertinente de l’offre et une facturation judicieuse des services.

Le Security service delivery manager est aussi, de manière générale, responsable de l’identification et de la surveillance des résultats des risques de service. C’est encore lui qui assure l’élaboration et l’exécution des plans de correction, ainsi que le suivi des rapports et de la surveillance.

On attend également de lui qu’il garantisse la rentabilité du service et alerte toutes les parties intéressées en cas de situation dégradée. Il doit par ailleurs augmenter cette rentabilité en identifiant de nouvelles opportunités commerciales auprès des clients existants. La mise en place d’un programme de satisfaction client, sur la base d’un processus déterminé par les soins du Security service delivery manager, est un autre point essentiel.

Enfin, il s’agit d’alimenter une documentation précise sur le fonctionnement et les performances des services, en y joignant toutes les bases de données nécessaires.

Les responsabilités du Security service delivery manager

La fonction de Security service delivery manager fait partie de ces métiers qui, à l’origine, ne sont pas spécifiques à la cybersécurité, mais peuvent être déclinés, réorientés et spécialisés en prenant en compte les enjeux de cette dernière. Ces métiers sont rencontrés presque exclusivement au sein des grands groupes et des grandes entreprises.

Dans le cas présent, le Security service delivery manager effectuera toutes les tâches qui lui incombent habituellement, en rajoutant certains points d’attention cyber.

Compétences

En matière technique, on attend surtout du Security service delivery manager une parfaite maîtrise d’outils bureautiques certes très classiques, mais essentiels pour lui au quotidien. Le tableur Excel est certainement son arme numéro un pour gérer ses catalogues clients de manière efficace et conduire avec la plus grande précision ses suivis d’analyses qualité. La maîtrise des outils de présentation de type PowerPoint est un autre évidence, en raison de la dimension commerciale du poste.

Il doit par ailleurs maîtriser les notions indispensables de gouvernance d’un système informatique. Il peut être en effet amené à mettre en place un dispositif de pilotage du SI. Les indications qu’il transmettra alors aux équipes techniques se doivent d’être justes et précises.

Un certain nombre de connaissances juridiques et réglementaires est requis, afin d’assurer :

– la conformité des services proposés avec les règles en vigueur, à l’échelle nationale ou européenne, notamment ;

– la juste contractualisation des besoins exprimés par le client et la mise en place des protections nécessaires pour le prestataire en cas de crise ou d’incident.

Cette base juridique devra aussi permettre au professionnel de gérer en toute aisance les contestations et litiges commerciaux.

Afin d’assurer une couverture large de la clientèle, une très bonne maîtrise de l’anglais, à l’écrit comme à l’oral, est souvent requise. Cette capacité linguistique est par ailleurs précieuse pour naviguer sans encombre parmi les termes techniques, qu’ils concernent l’outillage informatique en lui-même ou des notions juridiques. 

Pour assurer un parfait cadrage de projet, le Security service delivery manager doit également disposer de tous les réflexes pour mener une parfaite analyse des besoins du client, ainsi que des risques et des opportunités présentés par chaque projet.

Qualités

Un bon Security service delivery manager doit posséder de très bonnes capacités d’organisation et savoir gérer en parfaite autonomie un certain nombre de routines de gestion quotidiennes et d’opérations de suivi stratégique. 

Il doit disposer d’un talent tout particulier pour établir et entretenir d’excellentes relations avec les clients existants et avec de futurs clients potentiels. Le dialogue doit aussi faire partie de ses qualités premières, afin de travailler main dans la main avec ces mêmes clients et de comprendre au plus près leurs besoins commerciaux et leurs besoins opérationnels.

L’esprit d’équipe et un esprit naturel de conseiller est un autre atout de taille, qui permettra de mettre en place une collaboration efficace au sein de l’entreprise afin de gérer :

– la résolution de problèmes rencontrés sur les services de sécurité ;

– le suivi qualité sur ces mêmes services ;

– ainsi que leur nécessaire mise à jour.

Enfin, avoir une âme commerciale – ou des aptitudes de communicant particulièrement développées – est essentiel pour animer, alimenter et entretenir le réseau de clients.

Niveau d’études nécessaire

L’obtention d’un Bac +5 est la condition minimale pour accéder au métier de Security service delivery manager intégrant une dimension de cybersécurité. Il est possible de suivre le parcours classique, à mi-chemin entre « gestion des entreprises » et « suivi technique », et d’y ajouter une formation spécifique aux enjeux de la cybersécurité pour légitimer son profil.

Quelle formation ?

Comme déjà évoqué, le métier de Security service delivery manager n’est pas à proprement parler ancré sur le terrain technique. La maîtrise des notions essentielles relatives aux services de sécurité est cependant indispensable pour réussir à ce poste. Ce sont néanmoins des compétences non techniques qui prédominent.

La Guardia School, qui prépare des experts en cybersécurité, a aussi pensé, dans ses formations, aux professionnels qui ne sont pas destinés à devenir de purs techniciens. Aussi, à chaque étape du cursus en deux temps proposé par l’école, un grand nombre de piliers aborde des compétences essentielles liées à la communication, à la gestion de projet et aux outils d’analyse. 

Au niveau Bachelor, un pilier « Communication et Management » met ainsi l’accent sur plusieurs outils déterminants pour réussir au poste de Security service delivery manager, à savoir :

– les outils de présentation ;

– l’anglais ;

– le droit du travail et des sociétés ;

– le droit du numérique ;

– le droit en cybersécurité

– et la veille technologique.

Au niveau Master, l’accent sera notamment mis sur le « savoir travailler en équipes pluridisciplinaires », un autre aspect clé du métier abordé dans le cas présent.

Bachelor
Diplôme obtenu : Titre école bachelor (Bac+3)
Admission post-bac : Bac généraliste ou technologique
Admission parallèle : Possible en 3e année
Durée totale de la formation : 3 ans
Campus Lyon et Paris
Enseignement 8 unités thématiques
3e année En alternance ou en initial avec stage alterné

 

Master Expert cybersécurité
Diplôme obtenu : Titre école MSc (Bac+5)
Pré-requis : Bac+3 ou Bac+4 validés
Durée totale de la formation : 2 ans
Campus : Lyon et Paris
Alternance : Chaque année, 3 semaines en entreprise / 1 semaine à l’école

 

Dans quel secteur travailler ?

Une personne apte à prendre en charge les fonctions de Security service delivery manager ne rencontrera pas de limitations particulières quant au choix de son secteur d’activité. La seule règle à respecter est de mener ses recherches d’emploi auprès de grands groupes et de grandes entreprises : les petites structures n’ont pas l’utilité de cette fonction. Les recherches doivent être concentrées sur les pourvoyeurs de services numériques, les assureurs en cybersécurité et autres acteurs de la cyberdéfense.

Les entreprises qui recrutent

Parmi les entreprises en recherche soutenue de Security service delivery managers qualifiés, on retiendra notamment les noms de :

  • ITTrust ;
  • Hellowork ;
  • Capgemini ;
  • Orange Cyberdefense ;
  • Xelians ;
  • ou encore Experis France.

On trouvera facilement des opportunités de postes sur les pages suivantes :

  • le site de l’Apec ;
  • Indeed.com ;
  • Hellowork.com ;
  • Cyberjobs.fr ;
  • ou les pages « Emploi » de LinkedIn.

Salaire

Sur ce type de poste, le salaire mensuel brut d’un débutant se situe aux alentours de 3 750 euros. Dès lors que le professionnel bénéficie, en plus de ses qualités en tant que Security service delivery manager, d’une ou plusieurs expériences en lien avec les problématiques de cybersécurité, le salaire est revu à la hausse : il peut atteindre facilement 4 100 à 4 200 euros mensuels bruts pour un premier poste. Un profil senior peut espérer toucher jusqu’à 7 500 euros bruts par mois en officiant pendant plusieurs années pour la même structure et en apportant, au-delà de ses compétences techniques et non techniques, une connaissance pointue de ses services, et donc une capacité à suggérer rapidement des améliorations pertinentes.

Évolution de carrière

« Un Security service delivery manager qui souhaite faire un pas supplémentaire dans sa carrière, en ne perdant pas de vue la dimension cyber, est obligé de passer par la case formation. Il a besoin d’un renforcement technique qui lui permettra de se positionner sur des postes de formateur ou de consultant en cybersécurité, par exemple. C’est la voie que j’ai suivie », confie Jérôme N., ancien Security service delivery manager en poste dans un grand groupe d’aéronautique, aujourd’hui consultant à son compte. 

Il est aussi courant de voir les professionnels de cette branche réadapter leurs compétences commerciales pour se diriger vers le métier de communicant en cybersécurité. Il s’agit là d’une autre fonction qui, si elle n’a pas de lien direct avec les sujets cyber, y trouve une application concrète et spécialisée.

Les avantages et inconvénients

Jérôme N. a pu profiter de huit années au poste de Security service delivery manager pour analyser son métier de manière approfondie. Selon lui, l’une des principales difficultés est de « faire valoir auprès des clients une légitimité qui peut être mise à mal par l’impression qu’on porte trop de casquettes à la fois : on est un peu technicien, beaucoup commercial, on analyse et communique à la fois – il s’agit de bien faire comprendre qui l’on est ». Considérée sous un autre angle, cette multiplicité des casquettes – qui correspond aussi à une grande diversité des tâches – est la meilleure alliée contre la monotonie : entre contact humain et pure analyse de chiffres, un équilibre naturel se crée. Sans oublier que les réussites commerciales procurent une satisfaction directe et valorisent le Security service delivery manager qui a bien mené ses projets !

En résumé

Quelles sont les missions du Security service delivery manager ?

Le Security service delivery manager est en charge de piloter les services de sécurité dont il a la responsabilité. De manière générale, Le Security service delivery manager est responsable de l’identification et de la surveillance des résultats des risques de service. C’est encore lui qui assure l’élaboration et l’exécution des plans de correction, ainsi que le suivi des rapports et de la surveillance. On attend également de lui qu’il garantisse la rentabilité du service.

Quel est le salaire du Security service delivery manager ?

Sur ce type de poste, le salaire mensuel brut d’un débutant se situe aux alentours de 3 750 euros. Un profil senior peut espérer toucher jusqu’à 7 500 euros bruts par mois en officiant pendant plusieurs années pour la même structure.

Quel niveau d’étude et formation pour devenir Security service delivery manager ?

L’obtention d’un Bac +5 est la condition minimale pour accéder au métier de Security service delivery manager intégrant une dimension de cybersécurité. Il est possible de suivre le parcours classique, à mi-chemin entre « gestion des entreprises » et « suivi technique », et d’y ajouter une formation spécifique aux enjeux de la cybersécurité pour légitimer son profil.

Quel bac choisir ?

Au lycée, nous vous conseillons de suivre un BAC général ou technologique et d’opter pour l’une des spécialités suivantes, mathématiques, sciences de l’ingénieur ou numérique, sciences économiques et sociales et sciences informatiques.

Métiers proches de Security service delivery manager

Continuez vos recherches autour des métiers de la cybersécurité :