Hacker éthique : fiche métier avec les missions, la formation...
hacker éthique hacker éthique
Métiers

Hacker Éthique

La lutte contre la cybercriminalité vous passionne ? Vous êtes d’accord avec l’adage “sois proche de tes amis et encore plus de tes ennemis” ? Vous êtes convaincu que le piratage informatique peut être responsable et bienveillant, si tant est qu’il soit réalisé à bon escient ? Et si vous deveniez hacker éthique ?

Fiche métier mise à jour le
Niveau d’études : Bac+5
Bac conseillé : Scientifique
Employabilité : Très bonne
Salaire débutant : 5 000€
Salaire confirmé : 8 000 €
Mobilité : Très bonne
Code ROME : M1802, Expertise et support en systèmes d’information
Code FAP : M2Z, Informatique et Télécommunications

Métier

Professionnel de la cybersécurité, le hacker éthique intervient au sein des entreprises et des organisations afin d’assurer la protection des systèmes d’information face à d’éventuelles menaces de piratage.

Missions du hacker éthique

Le hacking est un ensemble de techniques permettant d’exploiter les possibilités, failles et vulnérabilités d’un élément informatique.

Le hacking ou piratage éthique décrit l’activité de hacking lorsqu’elle n’est pas malveillante. Ainsi, le piratage éthique désigne le processus par lequel un hacker bienveillant également baptisé “white hat” accède à un réseau ou un système informatique avec les mêmes outils et ressources que son confrère malveillant, “black hat” , à la différence qu’il y est autorisé.

Le hacking éthique séduit de plus en plus d’entreprises craignant la fuite ou la compromission de leurs données confidentielles. Concrètement, le hacker éthique va contourner les règles de sécurité de la société et organiser une attaque informatique afin de détecter les failles du système d’information et les différents points de vulnérabilité. En effet, pour contrer un pirate informatique mal intentionné, il faut penser et agir comme lui.

 

Hacker ethique

 

 

Pour aider les entreprises à se protéger des attaques informatiques, les hackers éthiques assurent, entre autres, les missions suivantes :

Mission n°1 : Identifier les mauvaises configurations de sécurité

Les entreprises sont tenues de suivre les standards de sécurité sectoriels et de se conformer à des protocoles permettant de réduire les risques d’attaques sur leur réseau. Néanmoins, si ces procédures ne sont pas correctement respectées, les hackers malveillants n’auront aucun mal à repérer les failles de sécurité. Les conséquences peuvent alors être terribles pour l’entreprise, avec des pertes de données sensibles et/ou stratégiques.

L’absence de chiffrement des fichiers, les applications web mal configurées, les appareils non sécurisés, la conservation des identifiants par défaut ou encore l’utilisation de mots de passe faibles constituent quelques-unes des erreurs de configuration les plus fréquentes. Les mauvaises configurations de sécurité sont en effet considérées comme l’une des vulnérabilités les plus courantes et les plus dangereuses.

 

Bien sécuriser son système informatique est la première étape afin d’éviter les cyberattaques en entreprise

Mission n°2 : Effectuer des scans de vulnérabilités

Avant d’installer un programme de gestion des vulnérabilités, le hacker éthique va tout d’abord cartographier tous les réseaux de l’entreprise et les classer par importance.

Les scans de vulnérabilités permettent aux entreprises de vérifier la conformité de leurs réseaux et systèmes de sécurité. Les outils d’analyse des vulnérabilités localisent avec précision les brèches ou les failles de sécurité qui peuvent être dangereuses pour les systèmes en cas d’attaque indirecte.

Les scans de vulnérabilité peuvent être effectués sur le périmètre et hors du périmètre réseau évalué.

Un scan interne identifie toute faille système qu’un cybercriminel pourrait exploiter sur différents systèmes s’il parvenait, d’une manière ou d’une autre, à accéder à un réseau local.

Un scan externe analyse l’exposition d’un réseau aux serveurs et applications de tiers directement accessibles à partir d’Internet.

Parmi les exemples de vulnérabilités logicielles courantes, citons l’injection SQL, les injections de données manquantes, une faiblesse dans la protection du pare-feu et les scripts inter sites (XSS).

Mission n°3 : Empêcher l’exposition de données sensibles

L’exposition des données dites sensibles de l’entreprise ( coordonnées bancaires, mots de passe, coordonnées clients, etc.) peut engendrer des pertes importantes, en matière de données, auxquelles s’ajoutent d’autres conséquences pour l’entreprise, telles que des sanctions financières pour non-respect de la vie privée ou encore des pertes de revenus.

Les hackers éthiques réalisent des tests d’intrusion pour identifier ces types de failles et déterminer les vulnérabilités afin de documenter le mode opératoire de potentielles attaques.

Pour éviter que leurs données ne soient exposées, les entreprises peuvent se protéger avec des certificats SSL/TLS. Elles peuvent également mettre à jour leurs algorithmes de chiffrement, désactiver les caches sur les formulaires et chiffrer les données pendant et après un transfert de fichiers.

Mission n°4: Vérifier les failles d’authentification

Si l’authentification du site web de l’entreprise est compromise, des attaquants peuvent facilement récupérer des mots de passe, des cookies de session et d’autres informations liées aux comptes utilisateurs. Ces informations peuvent leur servir ultérieurement à prendre une fausse identité.

D’après une étude, près d’un tiers des vulnérabilités liées à des failles d’authentification résultent d’une mauvaise conception et d’une incapacité à limiter correctement le nombre de tentatives d’authentification.

Les hackers éthiques peuvent alors vérifier la gestion des systèmes d’authentification et suggérer les mesures de sécurité à prendre afin de protéger l’entreprise. Ils peuvent par exemple recommander de :

  • Contrôler la durée de session du site web de l’entreprise et déconnecter les utilisateurs après une période définie afin de prévenir le risque de détournement de session
  • Mettre en place un certificat d’appareils IOT pour sécuriser l’authentification, le chiffrement et l’intégrité des données et pour protéger les équipements tout au long de leur cycle de vie
  • Eviter d’utiliser des identifiants de session dans une URL pour ne pas se faire pirater les cookies de session
  • L’utilisation d’un bon VPN sécurisé est également préconisée pour que les utilisateurs puissent transférer des données d’un serveur à un autre sur un réseau privé. En chiffrant les données partagées, le VPN empêche les attaques sur la gestion des sessions.

Responsabilités du hacker éthique

S’introduire légalement dans les systèmes et les réseaux d’une entreprise nécessite pour tout hacker éthique qui se respecte de se conformer à un code de conduite et à une discipline stricte.

Avant d’évaluer la sécurité du réseau d’une entreprise, le hacker éthique sera soumis à une procédure d’accréditation scrupuleuse.

Ainsi :

  • L’expert qui se met dans la peau d’un hacker malveillant pour identifier les vulnérabilités potentielles devra documenter le chemin d’attaque qu’il communique à l’organisation
  • Le hacker bienveillant devra signer un accord de confidentialité et traiter toutes les informations de l’entreprise avec la plus grande prudence
  • L’expert devra signaler immédiatement à l’organisation toute violation de sécurité
  • Toutes les traces de tests de vulnérabilités devront être effacées pour éviter toute exploitation malveillante des failles précédemment identifiées

 

Hacker ethique

Compétences

Exercer comme hacker éthique demande de solides compétences informatiques et des connaissances pointues en cybersécurité : 

  • Capacité de compréhension des menaces cybersécurité
  • Capacité à exploiter des sources ouvertes de manière sécurisée
  • Mise en place de plans de veille sur un ou plusieurs secteurs déterminés
  • Détection, qualification et analyse d’informations pertinentes

Qualités

  • Rester éthique et légal
  • Curiosité
  • Dynamisme
  • Réactivité
  • Créativité
  • Disponibilité
  • Sens de la confidentialité
  • Aimer le travail en équipe
  • Goût du défi
  • Connaître le droit et les réglementations en vigueur en matière de cybersécurité

En résumé, le hacker éthique est un pirate informatique bienveillant qui traque les failles informatiques des entreprises. Le rôle d’un hacker éthique est d’évaluer la sécurité d’un système d’information ou d’un parc informatique. Pour ce faire, le hacker éthique se met dans la peau du cyberattaquant ou cybercriminel en accédant à un réseau ou à un système informatique avec les mêmes outils et ressources que son confrère malveillant.

Hacker éthique dans la pop culture

Diffusée pour la première fois en juin 2015 aux Etats-Unis, la série Mr Robot est rapidement devenue culte auprès des hackers éthiques en herbe.

Créée par Sam Esmail, la série met en scène le personnage d’Elliot Anderson,   -interprété par l’acteur Rami Malek- ingénieur sécurité pour l’entreprise Allsafe Security, mais surtout virtuose du hack, aussi épris de justice que désabusé par le monde actuel. Le jeune homme rejoint les rangs de la « fsociety », un groupe de hackers souhaitant redonner un équilibre à la société en provoquant la chute des conglomérats les plus puissants, et notamment E Corp, client majeur d’Allsafe.

La limite entre le bien et le mal étant tenue et mouvante, la conception de l’éthique d’Elliot sera mise à rude épreuve au fil des saisons…

Mr. Robot

Études et formations

Pour devenir hacker éthique , vous devrez justifier d’un diplôme en informatique de niveau BAC + 5 avec une spécialisation en cybersécurité.

Quelle formation choisir ?

Le métier de hacker éthique est accessible avec l’obtention du Master of Science proposé par Guardia.
Le hacker éthique doit avoir une vision à 360° des problématiques liées à la cybersécurité. Grâce à la formation, vous aurez l’opportunité d’acquérir les compétences nécessaires pour vous orienter vers ce métier. Les projets menés durant les 2 ans, autour de la cyberattaque et cyberdéfense, du pentesting ou encore autour des méthodes d’analyses couplés aux techniques de management et de gouvernance vous donnerons les clés pour accéder au métier de hacker éthique. ​​Pour en savoir plus sur la formation…

Salaire

La rémunération d’un hacker éthique varie en fonction de la taille de l’entreprise qui l’emploie et de son expérience.

En moyenne, un hacker éthique débutant qui exerce en France touchera 4000€ par mois contre 7500€ pour un profil sénior.

De plus en plus de professionnels sont également rémunérés sous forme de récompenses à la résolution d’un bug grâce aux plateformes de bug bounty.

Aux États-Unis, le salaire annuel moyen d’un hacker éthique avoisine les 80 000 dollars.

 

Hacker ethique

Dans quelle entreprise travailler ?

Le hacker éthique peut exercer dans divers types d’organisations. En effet, il peut travailler dans les secteurs industriels, pour des sociétés de services ou encore dans le secteur public.

Voici un exemple d’entreprises et institutions qui font appel à des hackers positifs :

  • Editeurs de logiciels et entreprises informatiques
  • Secteur bancaire
  • Secteur des télécommunications
  • Secteur de la santé
  • Secteur de la défense

Entreprises qui recrutent des hackers éthiques

ENEDIS

ORANGE

ORANGE CYBERDEFENSE

AUTOMATA ( Fintech )

YES WE HACK

Des offres d’emploi pour exercer en tant que hacker éthique sont disponibles sur :

Monster. fr

Jobrapido.com

LinkedIn

Simplyhired.fr

Wizbii.com

Indeed.com

Jooble.org

Apec.fr

Glassdoor.fr

Hacker éthique freelance

Le hacker éthique peut exercer en tant que freelance indépendant. La première option consiste à créer un statut d’auto-entrepreneur ou une société individuelle auprès de la Chambre de Commerce. Il sera ainsi possible de facturer ses prestations à tout type de clients.

Le hacker éthique peut également faire le choix de rejoindre un cabinet d’experts en cybersécurité qui le positionnera sur plusieurs missions.

Le tarif journalier moyen d’un hacker éthique freelance peut varier entre 800 et 2200 euros.

Evolution de carrière

Même si le métier de hacker éthique n’est pas encore vraiment reconnu en tant que tel dans les entreprises, cela tend à changer rapidement aux vues de la hausse et de la diversité des menaces cybercriminelles.

En France, les hackers éthiques sont souvent, à la base, des experts en systèmes d’information ou des experts sécurité et réseaux, formés par la suite en cybercriminalité. Il s’agit plus d’une évolution de poste que d’un véritable changement de fonction.

 

Evolution de carrière

Les avantages et inconvénients

Choisir de faire carrière en tant que hacker éthique, c’est avant tout s’engager dans un métier passion qui est en première ligne de la lutte en faveur de la cyberdéfense.

Le hacker éthique, en revanche, ne comptera pas ses heures afin de parvenir à sécuriser au mieux le système informatique de l’entreprise qui l’emploie.

Devenir hacker éthique

Quelles sont les missions du hacker éthique ?

Professionnel de la cybersécurité, le hacker éthique intervient au sein des entreprises et organisations afin d’assurer la protection des systèmes d’information face à d’éventuelles menaces de piratage. Pour ce faire, le hacker éthique se met dans la peau du cyberattaquant ou cybercriminel en accédant à un réseau ou un système informatique avec les mêmes outils et ressources que son confrère malveillant.

Quel est le salaire du hacker éthique ?

En moyenne, un hacker éthique débutant qui exerce en France touchera  4000€ par mois contre 7500€ pour un profil sénior.

De plus en plus de professionnels sont également rémunérés sous forme de récompenses à la résolution d’un bug.

Quel niveau d’étude pour devenir hacker éthique ?

Pour devenir hacker éthique , vous devrez justifier d’un diplôme en informatique de niveau BAC + 5 avec une spécialisation en cybersécurité.

Quel bac choisir ?

Au lycée, nous vous conseillons de suivre un Bac général ou technologique et d’opter pour l’une des spécialités suivantes , mathématiques, sciences de l’ingénieur ou sciences informatiques.

Quelle est la formation pour devenir hacker éthique ?