Thumbnail-Ingénieur en Programmation linguistique Thumbnail-Ingénieur en Programmation linguistique
Métiers

Ingénieur en Programmation linguistique

Avec la multiplication des contenus d’information rapide sur Internet et le recours toujours plus importants aux chatbots et assistants virtuels, une profession semble prendre son envol dans la sphère informatique : celle d’Ingénieur en Programmation linguistique.

kevin-picciau
Par Kevin Picciau
Fiche métier mise à jour le
En résumé
Niveau d’études : Bac +5
Bac conseillé : Scientifique 
Employabilité : Très bonne
Salaire débutant : 3 300 €
Salaire confirmé : 5 000 €
Mobilité : Très bonne
Code ROME : M1802, Expertise et support en systèmes d’information
Code FAP : M2Z, Informatique et télécommunications
NB : les métiers de la cybersécurité sont récents. L’estimation du salaire se base sur peu de données. Le salaire peut être parfois surévalué ou sous-évalué. Nous affinerons sa pertinence lors de la prochaine édition du Guide des Métiers de la cybersécurité.
01010011 01101001 00100000 01110100 01110101 00100000 01100101 01110011 00100000 01101001 01100011 01101001 00100000 01100011 00100111 01100101 01110011 01110100 00100000 01110001 01110101 01100101 00100000 01110100 01110101 00100000 01100011 01101000 01100101 01110010 01100011 01101000 01100101 01110011 00100000 01110001 01110101 01100101 01101100 01110001 01110101 01100101 00100000 01100011 01101000 01101111 01110011 01100101 00101110 00100000 01010110 01100001 00100000 01110110 01101111 01101001 01110010 00100000 01100100 01100001 01101110 01110011 00100000 01101100 01100101 00100000 01100011 01101111 01100100 01100101 00100000 01110011 01101111 01110101 01110010 01100011 01100101 00101110

Métier

Ce spécialiste des langages naturels est en effet un soutien incontournable pour calibrer de manière précise les chatbots et développer des outils d’écriture automatique. Il est même à la base de la pertinence des outils dont il est question. En tant qu’expert multi-cartes, avec des compétences aussi bien en linguistique qu’en informatique ou en Intelligence Artificielle, l’Ingénieur en Programmation linguistique est de plus en plus demandé par les entreprises, pour intervenir sur des projets très variés. Voici comment bien tracer son parcours pour profiter de toutes les opportunités que peut présenter ce métier qui a le vent en poupe.

Un Ingénieur en Programmation linguistique a pour tâche de concevoir des logiciels de rédaction automatique… « et de les paramétrer de la manière la plus précise possible pour atteindre une efficacité optimale sur les productions écrites ! », précise Pablo N., qui exerce cette fonction depuis trois ans et demi au sein d’une société de services informatiques.

Les productions écrites en question peuvent être de nature très diverses : il peut s’agir de produire des articles simples destinés à être publiés sur un fil d’actualité, de développer des dictionnaires en ligne ou de nourrir les réponses d’un chatbot, parmi de nombreux autres exemples. « Dans le cas du chatbot et des assistants virtuels, notre but est de les rendre capable de comprendre et de répondre aux questions et aux commandes des utilisateurs dans un langage naturel ».

Pour cela, l’Ingénieur en Programmation linguistique va développer un code de traitement automatique dans une langue. « On touche ici au TAL, le traitement automatique des langues, et on nous appelle d’ailleurs aussi Ingénieurs TAL », explique Pablo N. « Notre intervention ne va pas simplement servir à l’action de rédaction. Le code que l’on développe va aussi être utile pour organiser les informations. On oublie souvent ce volet, alors qu’il est tout aussi essentiel. Et nous travaillons aussi sur des programmes d’intégration de flux de données. Le métier a donc des aspects assez variés ! ».

Ce travail sur les langages naturels servira aussi à la recherche d’information (notamment à travers des moteurs de recherche) et à de multiples applications dans les interactions homme-machine.On donne aussi à ces professionnels le nom d’Ingénieurs linguistes.

 

Qu’est-ce que le TAL ?

Le traitement automatique des langues ou TAL est un domaine où se mêlent linguistique, informatique et Intelligence Artificielle. Depuis une dizaine d’années, on observe un intérêt croissant pour cette expertise qui sert notamment à alimenter des agents conversationnels de type chatbot et à produire rapidement des articles factuels, portant par exemple sur des informations météo, des résultats de compétition sportive ou des issues d’élections.

 

Missions

Quel que soit la finalité du travail de l’Ingénieur, il commence par une analyse poussée du corpus sémantique. À ce titre, le professionnel doit se poser deux questions :

  • Quel est le niveau de langage souhaité (soutenu, courant, familier ; littéraire, journalistique ; phrases courtes ou phrases longues) ?
  • Quel est le contexte et sur quel support sera inséré le contenu (site internet, réseaux sociaux, chatbot, dictionnaire, …) ?

Une fois ces éléments déterminés, l’expert peut commencer à définir un algorithme pour prolonger cette analyse de manière récurrente et automatisée. Peuvent ensuite être lancés des scripts d’analyse.

Outre les missions et projets déjà cités, liés au développement de dictionnaires en ligne, à l’optimisation de chatbots ou à la rédaction d’articles, l’Ingénieur TAL peut être amené à prendre en charge les tâches suivantes :

  1. Développement de logiciels de traitement automatique des langues : Il s’agit de concevoir, de développer et de mettre en œuvre des logiciels et des algorithmes pour analyser, comprendre et générer des langues naturelles, avec de multiples utilisations possibles à terme.
  2. Optimisation des systèmes de reconnaissance vocale : Un autre type de mission concerne l’amélioration des systèmes de reconnaissance vocale en développant des modèles de langage et des algorithmes d’apprentissage automatique pour une reconnaissance plus précise de la parole.
  3. Analyse de sentiment et traitement du langage naturel : Développer des algorithmes pour l’analyse de sentiment dans les médias sociaux, les commentaires des clients et d’autres sources de données textuelles est une autre utilisation très intéressante de l’expertise TAL.
  4. Traduction automatique : L’ingénieur peut également travailler sur des systèmes de traduction automatique pour traduire des textes entre différentes langues de manière précise et fluide.
  5. Évaluation et amélioration des performances des modèles linguistiques : Dans la lignée de la mission précédente, il peut s’agir d’améliorer les performances des modèles linguistiques existants et de proposer des améliorations pour une meilleure précision et une meilleure robustesse.
  6. Recherche en linguistique informatique : Dans ce cadre, il s’agit de contribuer à la recherche académique et industrielle en linguistique informatique en développant de nouvelles techniques et méthodes pour résoudre les problèmes liés au traitement automatique des langues.
  7. Intégration de la linguistique et de l’informatique : Collaborer avec des linguistes et des informaticiens pour intégrer les connaissances linguistiques et les techniques informatiques dans le développement de systèmes de traitement automatique des langues est une autre possibilité.

De manière générale, l’Ingénieur en Programmation linguistique est amené à cocher les cases suivantes :

  • Collecter et analyser des données linguistiques ;
  • Analyser des besoins utilisateurs ;
  • Définir les spécifications techniques et les fonctions d’un logiciel ;
  • Déployer des logiciels en ligne
  • Développer ou affiner des algorithmes de traitement du langage ;
  • Prendre part à des phases de test et de correction de bugs.
Gratuit
Découvrez les 90 autres métiers de la Cybersécurité avec notre Guide des métiers de la Cybersécurité PDF 260+ pages
+ de 70 métiers pour travailler dans la Cybersécurité

Pour tout problème lié à l'envoi de ce formulaire, écrivez à contact@guardia.school ou appelez le 04 28 29 58 49

Les responsabilités de l’Ingénieur en Programmation linguistique

 Le défi auquel se confronte l’Ingénieur TAL, c’est celui de concevoir des outils aussi efficaces que possibles dans la rédaction et l’organisation d’informations relativement simples, qui seront lues par une audience sur un site web, un réseau social, un site d’actu ou dans la boîte de dialogue d’un chatbot, par exemple. On attend de lui qu’il propose des outils réactifs, proposant une information claire et pertinente le plus rapidement possible », résume Pablo N. « Notre grande responsabilité de départ, c’est donc de bien comprendre les besoins, non seulement en termes de contenu informatif pur, mais aussi en termes de tonalité, de niveau de langage et parfois même de spécificités calligraphiques ! 
Pablo N. - Ingénieur en Programmation linguistique
competences-metier

Compétences

Les compétences requises pour exercer les fonctions d’Ingénieur TAL seront fortement liées :

  • à la nature du ou des projets traités ;
  • et aux technologies habituellement utilisées au sein de l’entreprise.

On peut néanmoins répertorier les compétences classiques nécessaires à ce poste :

  1. Connaissances générales en informatique : Une solide compréhension des principes informatiques fondamentaux, comme les structures de données, les algorithmes ou la complexité algorithmique, est la base indispensable.
  2. Compétences en linguistique : Une compréhension solide des principes linguistiques de type syntaxe, sémantique, morphologie ou phonétique est essentielle pour comprendre et analyser les langues naturelles.
  3. Maîtrise des langages de programmation : La première compétence en linguistique générale est complétée par une compétence en langages informatiques. La maîtrise parfaite d’au moins un langage de programmation est incontournable. Il est conseillé de se spécialiser en priorité sur Python, Java ou C++, qui comptent parmi les langages les plus utilisés dans le domaine du traitement automatique des langues.
  4. Connaissance des outils et des bibliothèques TAL : NLTK (Natural Language Toolkit), SpaCy, Stanford NLP, TensorFlow font partie des outils que l’ingénieur sera très certainement amené à utiliser dans le cadre de ses fonctions. Il est donc fortement conseillé de se familiariser avec leur utilisation pour en tirer des réflexes.
  5. Apprentissage automatique et traitement du signal : La compréhension des concepts de machine learning (apprentissage automatique) et de traitement du signal, ainsi que la capacité à appliquer ces concepts au traitement automatique des langues, est un autre point crucial.
  6. Analyse de données : Le poste exige de travailler avec de grands ensembles de données textuelles et la capacité à extraire des informations pertinentes à partir de ces données.
  7. Compétences en développement logiciel : L’Ingénieur linguiste doit être en mesure de concevoir, de développer, de tester et de déployer des logiciels de manière efficace et robuste.
  8. Veille technologique : Le poste comporte enfin un volet de mise à jour permanent des connaissances sur les dernières avancées et les tendances dans le domaine du TAL et du machine learning.

Qualités

Pour Pablo N., un bon Ingénieur linguiste doit avant tout avoir un excellent esprit d’analyse et être force de proposition, qui prend bien souvent la tournure de la créativité. Pour assurer la bonne compréhension des besoins, il doit pouvoir s’appuyer sur de très bonnes compétences en communication, autant à l’écrit qu’à l’oral. « En effet, il est souvent nécessaire de compléter les conclusions qui ont pu être tirées de la lecture des éléments – le chatbot d’origine, un cahier des charges, des retours utilisateur, la base d’un dictionnaire ou des exemples d’articles – par des entretiens avec le commanditaire et les équipes en charge du projet. C’est une étape essentiel pour affiner le code de traitement automatique et le langage naturel que l’on va mettre en place », insiste Pablo N.

De ce fait, la collaboration et la capacité au travail interdisciplinaire entrent naturellement dans le champ des qualités requises.

Niveau d’études nécessaire

Les postes d’Ingénieur en Programmation linguistique sont ouverts aux détenteurs d’un Bac +5 et au-delà.

Quelle formation choisir ?

La Guardia School est en mesure d’apporter tous les fondamentaux nécessaires aux aspirants Ingénieurs en Programmation linguistique. Dès la première année du cycle de Bachelor (titre RNCP niveau 6), les étudiants sont confrontés aux langages informatiques. Ils sont notamment préparés à une parfaite maîtrise des langages C, C++ et Python. En parallèle, ils intègrent toutes les clés liées au développement web, avec un focus particulier sur HTML5, CSS3, PHP et MySQL. Les questions liées aux algorithmes – un sujet central pour les Ingénieurs en Programmation linguistique – sont également abordées. L’ensemble de ces enseignements fait partie d’un axe de formation complet sur les Bases de l’informatique.

Au niveau supérieur, débouchant sur un Master de type MSc (titre RNCP niveau 7), on s’intéressera plus en détails aux sujets liés à l’innovation et, en particulier, aux logiques de l’Intelligence Artificielle. 

Sur l’ensemble de la scolarité, la transmission des compétences techniques est complétée par un volet « compétences comportementales ». Une attention particulière est en effet accordée à la gestion de projet, à la collaboration interdisciplinaire, à la communication écrite et orale à destination de publics experts et non experts, ainsi qu’aux logiques globales d’analyse et de créativité technique.

En savoir +

Dans quel secteur travailler ?

Parmi les employeurs d’Ingénieurs en Programmation linguistique, on trouve en premier lieu :

  • des entreprises actives dans le domaines des technologies de l’information, notamment des éditeurs de logiciels et des start-ups développant des outils basés sur l’Intelligence Artificielle ;
  • des fournisseurs de services cloud ;
  • et des entreprises liées au e-commerce.

Les besoins sont également importants chez les acteurs du secteur bancaire et dans le domaine de l’industrie en général, où les Ingénieurs en Programmation linguistique intègrent généralement les services de Recherche et Développement.

Les entreprises qui recrutent des Ingénieurs en Programmation linguistique

Au cours des 18 derniers mois, on a pu repérer des propositions de missions pour Ingénieurs en Programmation linguistique auprès des structures suivantes :

  • le spécialiste du numérique Scalian ;
  • l’Université d’Aix-Marseille ;
  • l’INIST (Institut de l’information scientifique et technique) de Nancy ;
  • l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) ;
  • ou encore le groupe Meta (Facebook, Threads, Whatsapp).

Les offres d’emploi sont globalement bien répertoriées sur les pages suivantes :

  • Indeed.com ;
  • LinkedIn ;
  • Cyberjobs.fr ;
  • Apec.fr ;
  • et tous les portails des entités mentionnées précédemment.

 

Salaire

Si l’on se base sur les salaires pratiqués en France en 2023, un Ingénieur en Programmation linguistique peut espérer gagner environ 3 300 euros bruts par mois en début de carrière. Le salaire moyen pour un profil confirmé est de 5 000 euros bruts mensuels. Le niveau de rémunération peut néanmoins varier en fonction :

  • de la variété et de la rareté des expertises techniques apportées par le professionnel, notamment en matière de langages informatiques ;
  • de la renommée de l’entreprise qui embauche dans le secteur technologique ;
  • de la taille de l’entreprise ;
  • de la taille de la ville où est localisé le poste ;
  • et des expériences passées du candidat.

Evolution de carrière

En fonction de la progression individuelle de chaque ingénieur et de ses intérêts propres, plusieurs options sont envisageables pour faire évoluer sa carrière. Un Ingénieur TAL pourra notamment devenir :

  1. Spécialiste en traitement automatique des langues (TAL) senior : Après avoir accumulé plusieurs années d’expérience, un Ingénieur peut évoluer vers un rôle de Spécialiste senior en TAL, avec un niveau de responsabilité supérieur. À ce poste, il aura notamment en charge la conception et de la mise en œuvre de solutions plus complexes et plus novatrices dans le domaine.
  2. Chef de projet (TAL ou d’IA) : Les ingénieurs expérimentés peuvent passer à des rôles de gestion de projet, où ils dirigent des équipes de développement dans la création de systèmes de TAL ou d’outils liés à l’IA, de la planification à la mise en œuvre. L’évolution vers des projets d’IA éloignés des langages naturels dépendra des expériences passées de l’ingénieur et de ses formations complémentaires.
  3. Chargé de projet Chatbot: Au lieu d’élargir son champ d’intervention, l’Ingénieur peut décider de se centrer sur un type d’outil qu’il connaît par cœur – les chatbots – et de s’éloigner de ses fonctions de technicien pour endosser un rôle plus global de Chef de projet.
  4. Chercheur en linguistique informatique : Les individus qui sont passionnés par la recherche peuvent se tourner vers des carrières académiques ou industrielles en tant que Chercheurs en linguistique informatique. À ce titre, leur grande mission sera de contribuer à l’avancement des connaissances dans le domaine.
  5. Cogniticien : Un Ingénieur en TAL particulièrement bien formé à la science du langage et, plus généralement, aux sciences comportementales peut envisager une carrière de Cogniticien. Il ne s’agit pas de l’évolution la plus évidente, mais elle est tout à fait envisageable. À ce poste, le professionnel sera amené à explorer les comportements, les raisonnements et les façons de penser de l’être humain pour en faire profiter des outils liés à l’Intelligence Artificielle, notamment des assistants vocaux.
  6. Consultant en TAL : Comme pour de nombreuses spécialités du champ informatique, il est possible de s’éloigner du salariat et des schémas de travail classiques pour devenir Consultant indépendant. Une autre possibilité est de rejoindre un cabinet de conseil spécialisé dans le TAL, dans le but de faire rayonner son expertise auprès de diverses entreprises et organisations.
  7. Expert en TAL ou en IA: Les fonctions décrites précédemment peuvent être exercées dans le cadre de l’entreprise à titre d’Expert. Une fois encore, il appartient à l’Ingénieur de rester focalisé sur le traitement des langages naturels ou d’étendre ses horizons à d’autres sujets liés à l’IA.
  8. Direction technique ou de recherche : Dans les grandes entreprises ou les organisations de recherche, les Ingénieurs en TAL peuvent accéder à des postes de direction technique ou de recherche, où ils jouent un rôle clé dans la définition de la vision et de la stratégie pour les initiatives liées au TAL.

À l’ensemble de ces missions peuvent s’ajouter des interventions dans le domaine de l’éducation et de la formation, à temps plein ou à temps partiel.

https://www.welcometothejungle.com/fr/articles/intelligence-artificielle-recrutement-metier

 

Les avantages et inconvénients

 

 Quand je pense au métier qui est le mien, je pense instinctivement à ses avantages, à commencer par une réalité très concrète : les perspectives d’embauche sont prometteuses. En parcourant les offres d’emploi, on constate facilement qu’il y a une demande de plus en plus importante pour nos services et notre expertise. Cela est directement lié à la grande vague de l’IA et au développement des outils intelligents. Et comme les entreprises ont des besoins importants, on a tendance à voir un petit coup de pouce sur les salaires, qui devrait s’inscrire dans la durée. En deux mots, Ingénieur en Programmation linguistique, c’est un métier d’avenir ! », confie Pablo N. « Le plus réjouissant dans toute cette histoire, c’est qu’on est vraiment sur un métier complet, multi-facettes, avec un exercice à la croisée entre plusieurs disciplines : de la linguistique générale, beaucoup de technique informatique et un grand coup d’innovation avec toutes les petites spécificités liées à l’IA. On est face à un métier stimulant, avec de vrais défis intellectuels, des projets qui peuvent être variés… Je suis depuis trois ans sur mon poste et, en règle générale, c’est la durée classique au bout de laquelle commence à pointer un certain ennui – c’est le cas pour moi, du moins. Pour la première fois depuis le début de ma carrière, je n’ai pas ce sentiment d’essoufflement
Jérôme N. - Contrôleur des performances IA

Le défi intellectuel quasi permanent, qui permet d’éloigner la monotonie, a aussi un revers :

Être confronté à des problèmes complexes sans interruption, bien entendu que cela peut être un peu épuisant par moments. Mais il est très facile de rester motivé parce qu’on constate très vite les résultats de nos efforts, avec des productions très concrètes et une utilité directe. Développer de nouvelles fonctionnalités pour un assistant vocal, ça peut être compliqué, oui, mais c’est un exercice toujours passionnant », confie Pablo N. « Nous allons voir apparaître un nombre de plus en plus important d’outils qui nécessitent des fonctionnalités TAL dans notre quotidien. Il va y avoir beaucoup de choses à inventer et tous les Ingénieurs qui se fixent sur ce segment verront très certainement le fruit de leurs efforts dans leur quotidien. Quoi de plus gratifiant ?
Jérôme N. - Contrôleur des performances IA
01010011 01101001 00100000 01110100 01110101 00100000 01100101 01110011 00100000 01101001 01100011 01101001 00100000 01100011 00100111 01100101 01110011 01110100 00100000 01110001 01110101 01100101 00100000 01110100 01110101 00100000 01100011 01101000 01100101 01110010 01100011 01101000 01100101 01110011 00100000 01110001 01110101 01100101 01101100 01110001 01110101 01100101 00100000 01100011 01101000 01101111 01110011 01100101 00101110 00100000 01010110 01100001 00100000 01110110 01101111 01101001 01110010 00100000 01100100 01100001 01101110 01110011 00100000 01101100 01100101 00100000 01100011 01101111 01100100 01100101 00100000 01110011 01101111 01110101 01110010 01100011 01100101 00101110

Devenir Ingénieur en Programmation linguistique

Quelles sont les missions de l'Ingénieur en Programmation linguistique ?

Quel est le salaire de l'Ingénieur en Programmation linguistique ?

Quel niveau d’étude pour devenir Ingénieur en Programmation linguistique ?

Quel Bac choisir ?

Il est conseillé de suivre un programme dans le domaine du Bac Scientifique pour devenir Ingénieur en Programmation linguistique.

Quelle est la formation pour devenir Ingénieur en Programmation linguistique ?

Guardia Cybersecurity School offre un programme de Bachelor de trois ans (niveau 6 du RNCP) comprenant huit modules couvrant les fondamentaux de la cybersécurité et de la gestion des systèmes d'information. En complément, l'école propose un programme MSc en expert en cybersécurité (niveau 7 du RNCP), qui répond de manière exhaustive aux exigences en matière de cybersécurité pour les entreprises et les institutions.

metiers-proche-bg

Métiers proches d’Ingénieur en Programmation linguistique

Continuez vos recherches autour des métiers de la cybersécurité :